Pointe de Mandallaz

Ma soif de sommet n’étant pas assouvie (je pense qu’elle ne le sera jamais, plus on en fait et plus on veut en faire… c’est comme une drogue, mes yeux se posent toujours sur des points culminants où j’imagine une vue magnifique et le besoin d’aller là où mes yeux se posent est sans cesse présent) malgré les belles rando de ces vacances, ce matin j’ai pris la direction de Manigod, Massif des Aravis, Hte Savoie. A la « conquête » des 3 aiguilles aussi appelées pointe de Mandallaz.

Certes ce n’est pas un 3000 comme on a pu faire dans l’Ubaye ces derniers jours mais cela reste une pointe que j’ai envie de faire depuis longtemps.  J’ai bien essayé d’y aller en raquettes en fin d’hiver mais j’ai eu peur des avalanches plus que fréquentes en cette période, j’ai donc préféré faire demi-tour alors que j’avais fait 1h30 de voiture pour même pas 1h00 de marche.

Plus je côtoie la montagne et plus elle me parait hostile notamment en hiver, je n’avais pas peur en montagne avant mais je n’allais pas dans les mêmes endroits qu’à l’heure actuelle. C’est aussi cette force qu’elle émane qui fait son immense beauté.

Bref… Revenons a notre mouton Pointe de Mandallaz !


Départ du parking « Sous l’aiguille » au fond de la vallée de Manigod

Il fait vraiment très chaud aujourd’hui et la montée se fait au 3/4 à découvert au milieu de l’alpage. Avec un dénivelé positif de 1100m on risque de sérieusement suer !

Du parking on prend la piste direction le Charvin. En cette fin d’été très chaud, toutes les sources du Fier et même le Fier sont à sec…

On passe « Sous le Freu » et on continue jusqu’à la bifurcation où on prendra la direction de l’Aulp du fier d’en bas et non du Charvin.

A la ferme d’alpage, il est possible d’acheter du fromage et de faire le plein d’eau (pour les humains et aussi pour les chiens). A cette époque je ne savais pas qu’à l’avenir je rêverai de ce point d’eau à chaque fois que ma gourde serait à sec !

Direction le champs tardif, on marche aux milieux des chèvres, des génisses un peu fofolles et des myrtilles, il fait chaud, trop chaud ! Iron à la chance de pouvoir se rafraichir dans le « lac ».

On arrive sur la crête, la vue se dégage enfin sur le Mont Blanc, on tourne maintenant le dos au Charvin, on ne voit pas l’arrivée. La montée au sommet en est presque insupportable. Je traine et je crois que j’en ai jamais autant chié !  J’essaie de me remonter le moral avec cette vue de fou mais c’est mon corps qui ne peut plus… tiraillé par la chaleur presque insoutenable.

On évolue sur la ligne de crête puis on passe une arrête avant d’atteindre le sommet, elle n’est pas très difficile mais peu rebuter si on a le vertige. Et là c’est l’heure de profiter !

Puis on redescendra par le même itinéraire.


En Bref :

Temps à consacrer :
Une journée

Les plus :
– randonnée modulable : pour les plus motivés il est possible de faire le Charvin
– myrtilles (lors de la saison)
– magnifique panorama
– acheter du bon fromage
– pas vraiment de difficulté mise à part la longueur et l’arrête finale

Les moins :
– les troupeaux (chèvres, vaches, moutons donc chien attaché)
– peu d’eau suivant la période
– totalement exposé au soleil


L’itinéraire :

tehniquemandallaz.jpg

Télécharger la trace GPX
Télécharger le PDF

Laisser un commentaire