La pointe d’Orsière

Coincée entre la chaine des Aravis et la montagne de Sulens, la Pointe d’Orsière, malgré sa « faible » altitude (1750m) offre un cadre de randonnée plutôt agréable et sans réel danger d’avalanche.

On peut être légèrement frustré par l’absence de croix qui nous indique bien souvent la fin de l’ascension et nous procure ce sentiment de fierté d’avoir atteint le sommet …

Le parcours est adapté à la pratique de la randonnée en raquettes mais il peut aussi s’adapter à la pratique du ski de rando.


Départ au Crêt du Torchon » à Manigod (74230)

Après avoir chargé les ski sur le sac à dos, on prend la direction des Charmettes en suivant la piste (un chemin large) jusqu’au chalet des Charmettes.

Des Charmettes, on continue tout droit jusqu’au panneau d’indication « La Combe ».

Arrivé à « La Combe », si on est en raquettes on peut prendre à gauche en direction de Beffort. Cela permet de faire une petite boucle, plutôt qu’un aller/retour, bien que soit sans grand intérêt.

En ski de randonnée, on reste sur la piste qui monte en direction de la Point d’Orsière.

Je suis en raquettes, donc avec mon gros, on passe par le chemin de gauche. On se retrouve face à une partie de la chaine des Aravis, le décor est plutôt pas mal malgré les nuages bas… On reste sur le chemin principal (il est possible de couper un peu par les champs à certains endroits).

Jusqu’à atteindre les panneaux d’indications « Beffort ».

A Beffort, on reprend la direction de la Pointe d’Orsière, le sentier évolue en forêt et n’est pas toujours bien balisé (en même temps il n’y a qu’un sentier qui monte mais avec la neige il n’est pas toujours évident à voir).

La montée me parait très longue dans la forêt … ENFIN, on revoit le jour au Crêt Veyrat. C’est ici que le sentier rejoint de-nouveau la piste qu’on a quitté bien plus bas à la Combe.

 Sortie de la forêt on monte en direction de Marcheux et de la Pointe d’Orsière. Ça fait du bien de retrouver un paysage dégagé  !

La piste se termine au chalet de Marcheux, puis il suffit de monter vers le point le plus haut pour arriver à la pointe d’Orsière. Normalement il y a pas mal de traces qui y montent.

Pendant ces derniers mètres, je profite du paysage qui s’offre à moi, seule avec mon chien, dans le silence de la montagne qui est interrompu de temps à autre par quelques hélicoptères.
Sur le Charvin, des courageux finissent leur ascension pour s’offrir une bonne session de glisse.

J’aime randonner seule car je ressens des choses que je ne ressens pas quand je randonne avec du monde… Même si j’apprécie tout de même de partager avec des gens car on a tous des choses à apprendre des uns et des autres. D’autant plus qu’en rando, il n’y a plus que des humains à part entière, on oublie les milieux sociaux et tout ce qui pourrait nous « différencier »… et ça c’est génial !

 Puis ma gorge se noue, sans prévenir… il y a quelques jours j’ai appris qu’une personne que nous connaissons était gravement malade.

On connait tous des personnes, qu’elles soient plus ou moins proches dont la vie a basculé du jour au lendemain avec plus ou moins de gravité … Maladie, accident, … Du jour au lendemain tout ce qu’on voit, tout ce qu’on vit peut disparaitre.

Alors putain mais profitons, vivons, soyons heureux tant qu’on le peut car demain il sera peut-être trop tard !

Arrivé à la pointe, on regrettera peut être un peu l’absence d’une croix qui marque normalement la fin d’une ascension… La pointe d’Orsière est seulement marqué par un panneau d’indication de randonnée.

Iron passe pas mal de temps à gratter dans la neige à la recherche de reste de nourriture. Il faut dire que Gros-Gros à pris presque 4 kg en quelques mois… et qu’en ce moment il ne pense qu’à bouffer alors que de base c’est un chien qui n’a pas vraiment d’appétit. 

L’appel de mon jambon, beurre, emmental fut plus fort que les restes enfouis sous la neige. Il se souvint que sa gentille maitresse partage toujours ses sandwich avec lui pendant les rando. Alors hop ! Assis bien droit, d’un air innocent mais qui a tout d’un mendiant il attend son bout de sandwich… Il faut bien reprendre des forces avant la descente.

Après avoir bien manger, on attaque la descente, vu que je suis en ski, je coupe à travers les pâturages pour avoir plus de pente. En raquettes, il suffit de faire demi-tour et suivre la piste jusqu’au parking.

La descente a eu un gout particulier, une plénitude, un bonheur immense, ce sentiment d’être vivant et libre ! Je retrouve les sensations que j’aime, faire mes propres traces, même si ce jour là , la neige est lourde, je ne m’en plaint pas. En plus je partage ce moment avec mon chien qui est aussi heureux que moi !

Après avoir rejoint la piste, des petites taches de sang m’interpellent, Iron à une griffe à vif… Je soupçonne sa séance de creusage intensive d’être à l’origine de cette blessure.

il n’a pas l’air d’en souffrir et me tracte quand même dans la petite montée puis finit en libre. Non loin de la voiture, il ralentit vraiment, je baisse mon rythme aussi pour l’attendre … Je ne pense pas que ce soit dû à sa griffe car il ne boite pas, je pense qu’il est simplement crevé car ce n’est que notre 2ème descente en ski et pour un chien c’est un exercice assez intense, courir à fond dans de la neige non tracée ça demande un peu d’entrainement (surtout quand on pèse 42 kg).

Il a quand même vraiment la poisse ! Demain ça devait être rando-luge avec les copains mais on a plus qu’à rentrer à la maison et voir si éventuellement on peut protéger la pattes avec une bottines pour faire la sortie du lendemain … Sinon ça sera repos.


En bref

Une sortie facile, dans un jolie cadre, sans réel risque d’avalanche

Temps à consacrer :
Une demi-journée à une journée

Les plus :
– Aucune difficulté technique
– Sans réel risque d’avalanche
– Un jolie cadre
– Sûrement moins fréquenté que la montagne de Sulens
– Pas de réelles difficultés d’orientation
– Parcours potentiellement modulable (risque inconnu)

Les moins :
– Ce n’est pas vraiment un boucle
– La descente est courte pour le ski (+ faux plats et une légère montée)
– Attention aux fils de clotures de paturages, ils n’ont pas tous été enlevés

Autres rando raquettes à proximité :
Montagne de Sulens
Montagne de Sous Dine
Pointe de Sur Cou
– Et bien d’autres encore non publiées sur le blog

 


Itinéraire

Télécharger la trace GPX raquettes
Télécharger la trace GPX ski de rando
Télécharger le PDF

 
 

Laisser un commentaire