Bivouac hivernal, comment se lancer ?!

De nombreux articles existent pour réussir son 1er bivouac dans la neige. Cet article résume mon expérience personnelle, ce que je pense judicieux pour pas que l’expérience vire au cauchemar.


L’essentiel

1 – Avoir une expérience de la randonnée en terrain enneigé

Quand c’est enneigé, il est beaucoup plus difficile de se repérer. Le balisage est parfois sous la neige et bien entendu on ne distingue plus les sentiers (sauf traces éventuelles).

L’utilisation d’un GPS de randonnée ou d’une application GPS sur le téléphone peut être rassurante voir nécessaire.

La marche se fait aussi plus difficilement dans la neige, le rythme est bien plus lent notamment quand la neige est fraiche et qu’on porte son matos pour bivouaquer.

2 – Avoir de l’expérience en bivouac

Je pense que ça coule de source de ne pas se lancer pour la 1ere fois dans un bivouac en plein hiver !

Il est préférable d’avoir dejà quelques expériences, que ce soit pour la préparation du sac, le montage du camp, etc…

Il en va quand même de notre sécurité, dormir dans une tente alors qu’il fait -15°c dehors ça ne s’improvise pas.

3 – Avoir du matériel performant pour l’hiver :

Sur un article précédent j’ai partagé une méthode pour aider à choisir sa toile de tente et qui peut se décliner pour le reste du matos : Comment choisir sa toile de tente.

Pour le chien :

Un article complet est dédié à la randonnée dans la neige pour savoir comment protéger son chien du froid et de la neige.

4 – Tester son matériel 

C’est une étape importante, un matériel inadapté peut nous mettre en danger, là haut, on est seul(e) et ça il ne faut pas l’oublier.

Faire des test de montage de la toile de tente, y compris avec des gants ! Les tentes 4 saisons sont légèrement voir carrément plus difficiles à monter qu’une toile de tente estivale et les conditions météo qu’on peut rencontrer en hiver n’arrangent pas la situation !

Je vais parler en connaissance de cause… Je n’ai aucune paire de chaussure qui tient toute une journée dans la neige sans prendre l’eau… tant qu’on bouge ça va malgré le poids supplémentaire qui est abominable mais quand on arrive en fin de journée, qu’il faut monter le camps, etc… le froid peut vite devenir insupportable et ça peut gacher totalement le bivouac ! Il est primordial d’avoir de vraies chaussures étanches même après 7h00 dans la neige et surtout d’avoir une paire de chaussettes de rechange.

Pour la 1ere nuit il est conseillé de la faire à coté d’un refuge non gardé (équipé d’un poêle à bois c’est mieux !) en cas de problème.

5 – Choisir son itinéraire pour sa sécurité

L’hiver en montagne est associé aux avalanches.

Il est préférable de privilégier des itinéraires balisés raquettes, un terrain vallonné, etc … mais finalement que l’on fasse un bivouac ou que l’on randonne à la journée les règles sont les mêmes.


Step by step !

Avant de se lancer dans l’achat de matériel couteux, il vaut mieux commencer par des nuits en refuge non gardé voir si ça nous plait car le bivouac hivernal c’est vraiment une atmosphère particulière qu’on peut ne pas aimer.

Moi j’adore cette ambiance ! Et les paysages sont merveilleux.


Refuge non gardé ou tente ?! ma préférence

Je n’ai pas de préférence, a chacun ses avantages et inconvénients.

Avec la tente c’est la liberté d’aller partout mais à un rythme lent, le port du sac ne facilite quand même pas la tache surtout si la neige est fraiche, le montage du camp peut être long et laborieux …

Les refuges non gardés ne sont pas très nombreux à être accessibles sans  risque l’hiver, ce qui limite les choix d’itinéraires mais à coté de ça on a pas de gros sac à porter et on peut parfois faire de super rencontres !


Laisser un commentaire