Tour du plateau de Retord en raquettes

Je remets mon département de l’Ain en lumière avec un petit trek hivernal tracé GTJ raquettes : Le tour du plateau de Retord.

Le tour du plateau de Retord est un petit trek en raquettes faisable en 2 jours (suivant les conditions d’enneigement et la capacité du randonneur) idéal pour débuter en trek hivernal.

Pourquoi ce parcours est idéal pour débuter ?

  • Sécurité : La typologie du terrain permet d’évoluer sans risque d’avalanche et la possibilité de prendre une assurance.
  • Balisage : Le parcours est balisé, donc moins de risques de se perdre (en hiver il n’est pas toujours simple de se repérer).
  • Boucle : Le parcours forme un « 8 », il donc plus facile d’abandonner en cas de problème.
  • Hébergements :

    – La Conay est géré par le CAF de Bourg-en-Bresse, celui-ci est sous clé et payant mais il y a une petite pièce dite « refuge d’hiver ».
    – La ferme de Retord

Ce parcours emprunte de nombreuses portions sur le domaine nordique, il faut donc prendre un forfait (4€/jour et par adulte), même avec la trace GPX il est préférable de prendre le plan des pistes lors de l’achat du forfait, cela peut permettre de moduler le parcours mais aussi de mieux se repérer.

En temps « normal » ce n’est pas forcément un parcours que j’aurais fait, je suis plus « grand espace vierge que parcours balisé sur domaine nordique » 😚 mais la nivologie est assez mauvaise sur les Alpes et je suis en pleine préparation physique pour mon prochain trail donc ce tour est parfaitement adapté au moment !


J’ai choisi de partir des Plans d’Hotonnes puisqu’il y a un grand parking et qu’on peut y acheter les forfaits. Il faut cependant se garer à la chapelle du Retord si on veut pouvoir revenir à son véhicule à « mi-parcours ».

C’est parti, direction la ferme du Retord !

Est-ce que ça se voit que les chiens sont contents ?

Les premiers nuages bas commencent à apparaitre non loin de la grange à Lucien … Bien entendu mon premier reflexe est de râler…

Finalement comme d’habitude j’ai râlé pour ensuite « m’extasier » devant cette ambiance rendue spéciale par ces nuages bas.

Arrivée aux abords de la ferme du retord qui est un « refuge gardé » et le point central de notre parcours en « 8 ».

Plus d’informations sur leur page facebook ou sur la page Plateau de Retord.

j’ai pris à gauche en direction de la Chapelle du Retord mais si on veut raccourcir cette première journée alors il faut inverser le sens et prendre à droite… Enfin tout dépend si l’on choisit de dormir proche du refuge ou dans la zone dégagée de Merlogne proche du crêt Piquant (on en reparle plus bas).

Je profite d’une légère petite vue sur les Alpes, au loin avant de descendre de l’autre coté pour rejoindre la Chapelle du Retord.

La chapelle du Retord

De la chapelle, il faut poursuivre jusqu’à la route d’accès du col de Cuvery. À partir de Cuvery j’ai trouvé le temps long… Le parcours jusqu’au refuge de la Conay est principalement dans les bois, sans intérêt, d’ailleurs je n’ai pas fait de photo.

Petit point cartographie

Encadré jaune : zone dégagée pour un bivouac
Balises rouge : itinéraire identique aux attelages

Après avoir contourné le crêt Piquant, la GTJ ski et raquettes est à partager avec les attelages de chiens de traineaux, l’avantage de faire la boucle dans ce sens, c’est qu’ils arrivent de face et qu’on peut anticiper.

Il est préférable d’attacher son chien afin qu’il ne perturbe pas le travail des mushers et de leurs chiens.

C’est aussi à cet endroit qu’il y a une grande zone dégagée sympa pour poser le bivouac cependant cet endroit n’offre pas de vue sur les Alpes. Au départ j’avais prévu de dormir ici mais un couple est déjà en train de monter son bivouac donc j’opte finalement pour les continuer jusqu’au refuge.

Il me tarde d’arriver j’ai des ampoules de malade sous les pieds…

Je monte la tente juste à coté du refuge de la Conay, je n’aime pas me coller aux refuges car en bivouac je recherche avant tout la solitude… mais au moins on a une belle vue sur les Alpes !

Le refuge de la Conay

Information et/ou réservation :
RefugeDeLaConay – Un refuge du Club Alpin de Bourg en Bresse (clubalpinbourgenbresse.fr)

Il y a une petite pièce à l’entrée du refuge dite « refuge d’hiver ».

Ce terme est utilisé principalement en montagne lorsque les refuges gardés ferment leur portes pour la saison hivernale, une partie annexe peut être (ce n’est pas systématique) laissée en libre accès afin de pouvoir se mettre à l’abri notamment en cas d’intempéries.

Arrivée un peu tard sur le lieu, je n’ai pas eu le temps de profiter du coucher de soleil puisque j’étais encore en train de monter le camp …

En fait j’ai eu la mauvaise surprise d’avoir les élastiques de mes arceaux de tente complètement distendus, j’ai dû les retendre pour pouvoir monter la tente, ce qui m’a fait perdre de longues minutes…

En hiver, on ne peut pas se permettre de trainer à monter le camp parce que le froid ne tarde jamais, lui.

Le pauvre Tito était congelé, il tremblait de tous ses membres… J’ai voulu le mettre au chaud dans la partie ouverte du refuge en attendant que je finisse de monter le camp mais dès que j’ai fermé la porte il s’est mis à gueuler…

Au prix de la toile de tente et pour le peu qu’elle est montée, tu dois te dire que je devais être en rogne sauf qu’en fait je n’avais pas le temps de m’énerver il faillait que j’avance, que je reste concentrée sur ma tache et non pas que je parte dans tous les sens. Pour le coup c’est après que j’étais vraiment énervée d’ailleurs il faut que je contacte Exped.

Voilà donc les 2 seules photos que j’ai prises du coucher de soleil et elles sont loin d’être réussies. 😂

Le bivouac hivernal c’est génial ! Moi j’adore mais Tito qui est en FA à la maison aime un peu moins.

Tito n’aime pas dormir dans la tente… Enfin si, mais sur mon matelas et dans mon duvet. Il craint vraiment le froid, la preuve en image : Pas un poil ne dépassait de ma doudoune.

Des fois je me demande comment font les chiens de chasse en chenil (je sais bien qu’ils n’ont pas le choix)... mais il y a pas mal de races qui ont le poil très court avec peu voir pas de sous poil et qui craignent le froid.

Retrouves ici, l’article sur comment protéger son chien du froid et de la neige

Au réveil Tito avait perdu ma doudoune et tremblait … Perso je n’ai rien senti !

Malgré mon réveil assez tardif j’ai quand même pu profiter du lever de soleil qui a cette période est aussi peu matinal que moi.

Franchement, on est pas bien là ?!

Le soleil réchauffe enfin pour le plus grand bonheur des chiens !

Je plie le camp, les chiens et moi enfilons nos sacs, je mets aussi les bottines en cordura à Iron car hier soir il a très légèrement saigné. Retrouves notre liste de matériel pour chien ici

Tout le monde est prêt, c’est reparti mon kiki !

Ne pas oublier qu’on partage la piste d’attelage jusqu’à arriver sur la route du Col de Cuvery. Il y a de la place pour marcher à coté de la piste.

La journée d’aujourd’hui devrait être plus intéressante avec 2 points de vue sur les Alpes.


Petite pause casse-croute et photos. Voilà que Tito tire une tronche très représentative de la mauvaise nuit qu’il a passé.

Il faut savoir que Tito ne dort JAMAIS par terre ! Monsieur le chien de chasse à besoin de confort et de chaleur.

Tito attend une famille pour la vie sous contrat association Liberté sans frontières (isère).

Le caprice de Tito passé et les photos dans la boite, on continue notre chemin en repassant devant la ferme du Retord. On se dirige ensuite vers les 2 points de vue : le crêt du Nu et le Crêt du Beauregard qui offrent tous les deux une vue dégagée sur les Alpes.

Vu la mer de nuage, je suis bien contente d’être ici plutôt qu’en bas !

Puis retour au parking.


En bref

C’est un petit trek, idéal par exemple pour se lancer dans le bivouac en hiver puisque le parcours fait un « 8 » et qu’il y a aussi 2 hébergements sur le parcours :

Les articles annexes qui pourraient te servir à préparer ton premier bivouac hivernal :

2 jours minimum

– Accessible à un grand nombre de personnes par l’aspect « sécurisé » et « facile » du parcours.
– Possibilité de moduler un peu le parcours en empruntant d’autres circuits raquettes

– Chien beaucoup attaché
– L’intérêt du parcours

Parcours des 3 cascades
Cascades de Mélogne et du Trou de la marmite
– Autres : voir notre cartographie

Autres idées sur le site de la GTJ : https://www.gtj.asso.fr/


Itinéraire

Télécharger la trace GPX
Version imprimable non disponible


Ain (18) Autres Pays (2) Autres Régions (2) Blog (21) Doubs (1) Haute Savoie (21) Isère (2) Jura (26) massif des Aiguilles Rouges (2) Massif des Aravis (2) Massif des Bauges (2) Massif du Chablais (3) massif du Jura (38) Massif du Mont Blanc (3) Massif du Taillefer (1) Matériel (5) Protection animale (5) Rando "normale" (48) Rando-baignade (11) Randonnée & Voyage (13) Randonnées (72) Rando raquettes (15) Revermont (1) Savoie (2) Suisse (2) Trek / rando bivouac (12) Vie quotidienne (6) Voyages & Escapades (7)


absence de troupeau (30) Ain (15) avec un chien (1) Bauges (2) Bornes-Aravis (12) cascade (13) D+/- entre 500 et 1000m (21) D+/- entre 1000 et 1500m (10) D+/- entre 1500 et 2000m (4) D+/- inférieur à 500m (20) D+/- supérieur à 2000m (2) distance de marche supérieure à 30km (5) distance entre 5 et 10km (9) distance entre 10 et 15km (26) distance entre 15 et 20km (9) distance entre 20 et 25km (3) distance entre 25 et 30km (2) distance inférieure à 5km (3) Espagne avec un chien (1) grotte (2) Haute-Savoie (15) Isère (2) Jura (19) lac (12) massif du Jura (36) massif du Mont Blanc (3) micro-aventure (1) niveau difficile (6) niveau facile (41) niveau intermédiaire (8) présence d'eau : Faible (17) présence d'eau : Haute (9) présence d'eau : Moyenne (19) présence d'eau : Néant (10) présence de chien de protection (5) présence de troupeau (21) rando-baignade (4) randonnée normale (30) raquettes (14) Road-Trip (3) Savoie (1) ski de rando (3) Suisse (2) Titrage antirabique (1) trek / rando bivouac (9)

Laisser un commentaire